« Pourquoi moi ? »

Parfois, quand la vie nous semble injuste, quand la douleur est trop grande, nous nous demandons « Pourquoi moi ? », « Pourquoi ça m’arrive à moi ? ». Je crois que cette question, pourtant si naturelle, est mortifère, car elle nous fait nous concentrer uniquement sur notre problème, en nous faisant croire le mensonge que nous sommes les seuls à vivre une épreuve, en plus de nous faire oublier totalement les belles choses qui sont toujours dans nos vies. Et si nous renversions le contexte de cette question ?

Cette semaine a été pour moi remplie de surprises dont je n’attendais pas le centième. J’ai reçu un torrent d’amour en un temps si concentré, de personnes qui ne me sont pas toutes spécialement proches, qui me laisse avec cette question « Pourquoi moi ? ». Pourquoi sommes-nous le sujet de tant d’amour de nos proches ou d’inconnus ? Pourquoi avons-nous une vie, certes pas parfaite et toute rose, mais remplie de tant de bénédictions ? Dans cet article, j’appelais à compter les miracles, dans celui-ci, j’appelais à compter les trésors du quotidien, et je vous parlais également dans cet article de mon premier bilan pour grandir en gratitude, fruit d’une de mes deux résolutions d’années que j’exposais dans cet autre billet. Et je crois que toute cette gratitude pourrait se résumer dans ces deux mots : « Pourquoi moi ? »

Mère Teresa disait que « Le sentiment de ne pas être aimé est la plus grande des pauvretés ». Cette pauvreté n’est pas quelque chose de fictif et réservé à quelques pays du monde, quand nous entendons les rapports d’associations humanitaires française sur l’isolement. Alors pourquoi moi je bénéficie de tout cet amour ? Chérissons comme il se doit l’amour dont nous sommes bénéficiaires ! Et si nous trouvons qu’il n’y en a pas assez, créons-le et diffusons-le autour de nous ! Sentons-nous riches de ce regard, de ce compliment, de cette main tendue, de ce service rendu, de ce sourire, de ces jambes qui nous permettent de nous déplacer de manière autonome, de ces personnes qui nous entourent et qui nous permettent de communiquer… et de toutes ces choses qui font que nous nous sentons connectés aux autres, voire aimés. Et si nous nous sentons riches de tout ça, il n’y aura plus qu’un mini pas à faire pour accepter comme un cadeau et non comme un dû chaque petit détail ou grandes choses de notre quotidien : ce travail où je me sens utiles, ce toit qui me protège, cette ville remplie d’opportunités de rencontres, ces ustensiles qui me permettent de cuisiner chez moi, ce petit parc en centre-ville qui reconnecte à la nature, l’ascenseur de mon immeuble quand j’habite au 7ième,… Et vous réaliserez alors que le bonheur peut se cacher partout, car la reconnaissance peut naitre de tout.

Musique d’illustration : My heart is overwhelmed - Hillsong

Crédit photo : Austin Schmid. Edited.

Le blog Bienheureuse Vulnérabilité est absent de tous les réseaux sociaux. Pour être tenu informé(e) des articles récents, abonnez-vous à la newsletter ici ou sur la colonne de droite. Juste 1 mail par mois, pas de spam, ni de transmission de votre adresse à un tiers, promis ! 🙂

Articles récents :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.