Défi d’année d’augmenter en gratitude et en courage, quel bilan ?

Je vous partageais dans cet article, un moyen très concret pour essayer de grandir en courage et gratitude pour cette année, grâce à l’alimentation de deux carnets. A la moitié de l’année, quel bilan puis-je vous partager ?

Carnet « Merci pour… »

Pour rappel, dans ce carnet j’écris trois choses pour lesquelles je suis reconnaissante, mais je m’empêche d’écrire deux fois la même chose sur toute l’année.

1. Grandir en reconnaissance pour le moindre détail du quotidien, matériel ou preuve d’amour

Pour reprendre les trois types de raisons pour lesquelles on peut être reconnaissants que j’expliquais dans l’article d’introduction, au début je cherchais surtout des raisons « externe générale » ou « interne » pour que le carnet soit intemporel, que je puisse le relire n’importe quand et les choses écrites soient encore d’actualité. Et ça m’a poussée à être reconnaissante même pour le moindre détail du quotidien, comme une casserole pour faire chauffer son repas. Sauf qu’est arrivé un moment où j’étais à court d’idées.

Mais être reconnaissant pour la vie n’est-ce pas être reconnaissant pour l’addition de tous ses petits moments uniques ? Je me suis donc moins forcée à trouver des choses intemporelles pour parler d’événement passé durant la journée. Et j’ai alors constaté que souvent les choses uniques du jour pour lesquelles on est reconnaissant sont les preuves d’amour des autres.

Alors peut-être que si je relis ce carnet dans plusieurs mois ou années, certaines parties parleront du passé. Mais ça n’est pas grave car finalement, le fait de se savoir aimé et que ça soit montré par des actes concrets est le plus grand cadeau qui soit !

2. La gratitude appelle à la gratitude

Il y avait des jours où rien ne venait. Soit parce que j’étais restée à la maison toute la journée par exemple et donc je ne trouvais rien à souligner dans ma routine, soit parce que le moral n’avait pas été très positif. Et quand on persévère dans cette recherche de gratitude, soudain plus de raisons qu’il ne faut pour le jour me viennent à l’esprit ! La gratitude entraine la gratitude et pousse à regarder les détails du quotidien qui nous paraissent évidents en temps normal. Et par rapport à ces jours plus difficiles pour les émotions, je repense à cette phrase « Tous les jours ne sont peut-être pas bons, mais il y a du bon dans tous les jours ». Se pousser à trouver ces pépites qui se cachent dans ces jours plus difficiles donnent une grande satisfaction et invite à regarder la journée sous un angle différent.

3. Etre reconnaissant, même pour les choses plus difficiles dans nos vies

L’étape suivante après avoir trouvé des belles choses dans les journées plus dures, est de remercier même pour l’événement qui a été difficile. Je ne m’attendais pas à ça mais je me suis mis à écrire des mercis pour des choses apparemment négatives mais qui m’avaient appris des choses. Car oui, la gratitude totale n’est pas uniquement pour le tout beau, mais aussi pour ces moments plus difficiles qui révèlent des ressources cachées en nous.

Carnet « Ose vivre ta propre aventure »*

*C’est le titre écrit sur la couverture.

Alors j’admets que, autant comme le carnet de gratitude me pousse à y écrire tous les jours je suis très régulière, autant j’ai beaucoup écrit dans ce carnet-là en début d’année, mais maintenant il est un peu plus laissé à l’abandon.

J’en retire tout de même trois bénéfices :

1. Il diminue les peurs

Souvent, nous avons peur de quelque chose de par les conséquences négatives catastrophiques imaginées. Alors que lorsque l’on écrit une peur et qu’on l’affronte, souvent, on constate que le scénario effrayant tant ressassé ne se produit pas. Et comme l’expérience a le pouvoir puissant de nous faire agir différemment à l’avenir, il y a petit à petit de nombreuses peurs qui diminuent.

2. Il fait grandir en estime de soi

Alors que Nelson Mandela disait « J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre », laisser une trace de toutes ces fois où l’on affronte une peur crée naturellement des pensées ultra positives comme « je suis fort », « je suis courageux », « j’ai de la volonté »,… Et c’est très bon pour améliorer l’image que l’on a de nous-même.

3. Il fait grandir en confiance en soi

La confiance est différente de l’estime de soi, même si c’est très lié. Nous avons confiance uniquement en quelque chose duquel nous avons une bonne image. L’estime de soi précède la confiance en soi, mais n’est pas suffisante à elle-même. Autant, on ressent directement de l’estime de soi dès qu’on affronte une seule de nos peurs, autant pour développer de la confiance en soi, il faudra réitérer le processus plusieurs fois pour qu’un événement ponctuel se transforme en expérience solide. Mais dans l’exemple de ce carnet, le constat est simple : si j’ai les ressources pour combattre mes peurs d’aujourd’hui et initier les changements qui me rebutent, j’aurais ces mêmes ressources et talents pour affronter les défis qui se présenteront demain.

D’ailleurs, pour que l’expérience soit la plus solide possible, il ne s’agit pas seulement d’écrire les plus grandes peurs que nous avons mais même la plus petite qu’il soit sert à fortifier l’expérience et renforce les bénéfices.

Belle journée à toi, en te souhaitant de relever les pépites de ce jour et d’affronter au moins une de tes peurs !

Musique d’illustration : I’m not rich – The king’s son

Crédit photo : 1. Paul Green. Edited 2. Nicolai Berntsen. Edited

Articles récents :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.