Comment dire « Je t’aime » sans le dire ? (Les 5 langages de l’amour – Gary Chapman)

Je ne regarde que très peu les statistiques de ce blog. Une fois tous les 6 mois, quand j’y pense… Et la dernière fois que j’y ai jeté un coup d’œil, j’ai halluciné toutes les recherches qui étaient faites par rapport à la difficulté à dire « Je t’aime », et comment l’article de ma sœur « Pourquoi je n’arrive pas à dire ‘je t’aime’ ? » venait en réponse à ces questionnements si courants. Ça m’a marquée, car pour moi c’est une des choses dans la vie que je préfère, dire aux personnes chères à mon cœur l’importance qu’elles ont dans ma vie, et à chaque personne que je croise combien elle est merveilleuse.  #Bisounours

Mais il est vrai qu’il y a bien une source de souffrance dans ma vie qui souvent (même si de moins en moins) me pèse : ce sont les fois où je sens que mes preuves d’amour ne sont pas accueillies ou que moi-même je n’arrive pas à croire en l’amitié des autres pour moi. Combien de malentendus, combien de relations brisées par cette souffrance, simplement parce qu’on n’a pas le même « langage », les mêmes manières d’exprimer son amour. J’en souffre pour ma propre vie, et j’en souffre quand je suis le témoin de deux personnes qui tiennent l’une à l’autre mais ne savent pas comment se le communiquer. Alors dans cet article je souhaite vous parler d’un livre qui fait partie de ceux qui ont énormément impacté ma vie et qui influencent mon quotidien : Les 5 langages de l’amour de Gary Chapman. Sans en faire une fiche de lecture, je vais simplement vous partager sa théorie pour que vous identifiez votre propre langage et ceux de vos proches afin que vos relations en soient transformées, et que vous arriviez à dire « je t’aime » (sans le dire).

Gary Chapman explique que l’amour se conjugue en 5 langages différents dans lesquels on peut regrouper toutes les preuves d’amour possibles :

  1. Les services rendus : conduire quelqu’un quelque part, l’aider pour les tâches ménagères quand on n’est pas chez soi,… bref, aider quelqu’un ou faire quelque chose à sa place.
  2. Les cadeaux : ça n’est pas forcément quelque chose de coûteux. Ça peut juste être ramener une fleur cueillie sur le chemin, une tablette de chocolat en bonus en revenant des courses, un livre qui vous appartient que vous donnez, quelque chose fabriqué à la main,…
  3. Les moments de qualité : ce sont les temps où vous êtes VRAIMENT là, disponible, attentif, (sans téléphone par exemple) et où est possible un vrai échange ou simplement le  partage d’un bon moment.
  4. Les paroles valorisantes : les compliments sur qui est l’autre ou ce qu’il/elle (a) fait, les partages du positif que la personne crée dans votre vie, les « je t’aime »,… Cela peut-être sit oralement ou sous forme de petit mot/post it par exemple…
  5. Le contact physique : un massage, une accolade pour dire bonjour (certes, plus facile dans certaines cultures comme méditerranéenne ou aux Etats-Unis), le contact physique quand on parle avec l’autre en lui touchant l’épaule par exemple,…

Nous avons tous un ou deux langage(s) privilégié(s). Et ceux-ci peuvent évoluer avec les années, notamment après l’adolescence.

Quand on constate ça, on peut plus facilement comprendre pourquoi il y a des couples qui souffrent quand chacun a le sentiment de « tout faire pour l’autre » mais que l’autre « ne fait rien » pour soi. L’explication est simple : si les deux n’ont pas le même langage privilégié, les marques d’affection de l’un ne vont pas atteindre l’autre et les preuves d’amour de l’autre ne seront qu’une perte d’énergie car laisseront l’un indifférent. Si par exemple un homme a besoin de présence de sa femme, de pouvoir échanger avec elle (moment de qualité), mais qu’elle passe son temps à ranger la maison par exemple car pour elle sa manière d’aimer son mari est de lui offrir un espace de vie agréable (service rendu), le mari, frustré de ne pas avoir eu ce dont il avait besoin, ne valorisera pas le travail fait et sa femme en sera également frustrée.

Comment identifier son propre langage ?

Une question que l’on peut se poser pour identifier son ou ses deux langages(s) privilégié(s) est : si je ne devais garder qu’un style de preuves d’amour et me passer de tous les autres pendant un an, quel serait-il ?

Attention cependant à ne pas réduire le contact physique aux relations intimes ! 😉 Ça n’est pas parce que vous ne vous sentez pas capables de vous passer de relations sexuelles pendant un an que c’est votre langage préféré. Le contact physique englobe bien d’autres choses et peut être une manière de communiquer son amour même dans les amitiés comme le montre les exemples cités précedemment.

D’autres questions qui peuvent aider sont par exemple : Qu’est-ce qui me donne le plus de joie dans cette relation ? A quoi je sais que X m’aime ? Comment ai-je tendance à exprimer mon amour pour les autres de manière spontanée ?

Comment identifier le langage de l’autre ?

Demandez-le ! Cela reste la manière la plus simple d’avoir l’information si l’autre a une bonne connaissance de soi.

Et s’il ne le sait pas ou vous n’osez pas le demander, observez la personne qui aura tendance à faire aux autres ce qu’elle aimerait qu’on lui fasse. Donc si vous la voyez avoir le compliment facile, certainement qu’elle aime les paroles valorisantes, si elle vous touche l’épaule en vous disant bonjour, peut-être qu’elle apprécie le contact physique, si elle cherche à passer beaucoup de temps avec vous, elle valorise sûrement les moments de qualité…

Sans vouloir vendre du rêve comme le font certains coach ou motivateurs, cette vision des choses m’a profondément aidée à améliorer la communication dans les relations avec mes proches. D’une part en me permettant de communiquer de manière simple les marques d’affections qui me touchent vraiment pour aider mes proches à savoir ce qui me fait vraiment plaisir et d’autre part pour moi-même essayer d’être stratégique dans l’énergie que je dépense dans une relation et arrêter d’exprimer mon amour d’une manière qui n’atteint absolument pas la personne que j’aime. (Bin oui quoi, je ne vais pas me fatiguer avec des trucs dont l’autre se fiche !) Et pour les plus timides d’entre vous, j’espère que cette déclinaison de l’amour vous permettra de découvrir une manière d’exprimer vos sentiments avec laquelle vous êtes à l’aise plutôt que de tout bloquer car vraiment les trois mots « Je t’aime » ne paraissent pas naturels chez vous.

Musique d'illustration : L'important c'est d'aimer - Pascal Obispo

Crédit photo : Freestocks Org

Le blog Bienheureuse Vulnérabilité est absent de tous les réseaux sociaux. Pour être tenu informé(e) des articles récents, abonnez-vous à la newsletter ici ou sur la colonne de droite. Juste 1 mail par mois, pas de spam, ni de transmission de votre adresse à un tiers, promis ! 🙂

Articles récents :

3 Comments

  1. Que veut dire “Aimer” ? – Bienheureuse Vulnérabilité

    10 juillet 2020 at 2:56

    […] déjà compris il y a quelques années grâce au Langages de l’amour de Gary Chapman que nous avions tous une manière différente d’exprimer notre amour. Pourtant, […]

  2. Ch'tite Breizh

    4 décembre 2019 at 6:55

    Très intéressant ces 5 langages ! Je ne connaissais pas et je pense avoir identifier mes deux langages favoris 😉

    1. Bienheureuse Vulnérabilité

      6 décembre 2019 at 9:49

      Tiens je suis surprise de ne jamais t’en avoir parlé alors que j’ai l’impression de passer ma vie à faire de la pub pour ce liivre =D Je suis ravie si cet article t’a permis de mieux te connaitre 🙂

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.