Non, l’objectif de vie d’un(e) chrétien(ne) n’est pas d’être quelqu’un de bien

Peut-être que ce titre d’article peut paraitre choquant ou provocant (et dois-je avouer avec un total manque d’humilité que je suis heureuse si ça été le cas ?), mais oui, j’affirme aujourd’hui que non, l’objectif de vie d’un(e) chrétien(ne) n’est pas d’être quelqu’un de bien, mais d’accueillir toujours plus l’Amour de Dieu pour lui et se laisser sauver par Lui. Le véritable but de la vie chrétienne, et la définition de la sainteté, est de tout vivre en union avec Dieu, et non pas être la personne avec le moins de défaut sur terre. (Oui, vous noterez la forme très personnelle de cette définition).

Etre chrétien ne veut pas dire être parfait (au contraire !)

Cet article est un petit peu coup de gueule pour rétablir la vérité sur un malentendu qui affirmerait que les chrétiens ont un devoir d’exemplarité dans leurs actes. Car je suis toujours très mal à l’aise quand je suis témoin de critiques qui sont plus virulentes juste parce que la personne visée est chrétienne : « il fait ça alors qu’il est chrétien ! ». (Sans parler du fait que critiquer n’est pas forcément le meilleur moyen pour faire avancer l’humanité vers un monde meilleur). Si les chrétiens étaient des sur-hommes, ça se saurait. Mais non, les chrétiens ne sont en rien meilleurs que les autres, et je crois même que ceux qui ont une véritable vie spirituelle sont encore plus pêcheurs que les autres car ils sont plus lucides sur les chemins de bonheur et de malheur et pourtant la faiblesse de leur nature humaine ne leur laisse pas toujours la véritable liberté pour faire le Bien. Ça serait bien trop facile de n’avoir qu’à savoir ce qui est le bien pour le faire ! Comme disait St Paul « Je fais le mal que je ne veux pas faire, et ne fais pas le bien que je veux faire » (Ro 7,19). Parce que vous, vous arrivez toujours à agir comme vous le souhaitez ? Si vous répondez non, vous me permettez de me sentir moins seule 🙂 ). Alors oui, le chrétien a la responsabilité, plus que quelqu’un qui n’a pas son idéal de vie, de chercher à se convertir et renoncer au mal. Mais ça n’est qu’une conséquence collatérale du vrai but de la vie chrétienne. Comme j’en parlais dans le dernier article sur l’importance de laisser l’amour précéder le changement, c’est parce que l’on accueille cet amour de Dieu que petit à petit le miracle du changement opère. Mais ne laissons pas la conséquence extérieure nous faire oublier la cause intérieure. Et puis, avoir conscience du mal que nous faisons (quand nous blessons les autres ou ne nous respectons pas nous-mêmes) est déjà un premier pas car la majorité du temps nous ne nous rendons pas compte. Mais réussir ensuite à faire coller notre volonté à nos actes… c’est un tout autre pas à faire, et celui-là est de géant ! Et c’est parce que le but de la vie chrétienne n’est pas d’être parfait que dans la litanie des saints nous trouvons des saints colériques, gourmands, manquant de tendresse… D’ailleurs, aujourd’hui nous fêtons les Saints Innocents… qui n’ont certainement fait que dormir, manger et pleurer pendant leur vie… Comme quoi, pour être saint il n’y a pas forcément besoin de faire de grandes choses.

Dieu utilise TOUT, même nos faiblesses

Avant de parler de la Bonne Nouvelle qu’est l’action de Dieu en ceux qui Le laisse agir, je voudrais m’arrêter un instant sur l’autre Bonne Nouvelle qui est que nos faiblesses ne sont pas une fatalité et uniquement un obstacle sur ce chemin de transformation intérieure pour devenir meilleurs.

Dieu n’attend pas de nous que nous soyons parfaits car Il utilise TOUT. L’exemple le plus marquant est dans ma relation avec les autres : Comment ferais-je pour toucher les gens, pour qu’ils me sentent proche d’eux et de leurs combats quotidiens, si j’étais parfaite ? Je serais inaccessible, je ne les rejoindrai pas dans leur propre faiblesse, je n’aurai pas de compassion car je ne partagerais pas avec l’autre cette expérience de la vulnérabilité. Comme dirait le prêtre Luigi Maria Epicoco « L’un des plus précieux dons que vous apportiez […] est votre vie, avec ses échecs, ses difficultés, ses moments noirs. Après coup, je peux même considérer un pêché comme une felix culpa* : il m’a préparé à prononcer une parole pleine de compassion et d’espérance pour d’autres qui vivent la même déroute. »

L’autre exemple qui montre que nos faiblesses sont elles-mêmes utiles pour nous rendre meilleurs est qu’elles ouvrent la voie royale vers l’humilité, condition obligatoire pour avoir le désir d’apprendre et d’évoluer.

Oui, quelle joie de savoir que TOUT ce que je suis peut-être utilisé pour la gloire de Dieu. Pas seulement mes beaux côtés, sinon aussi mes faiblesses et mon pêché. Si, quand mes yeux s’ouvrent sur mon pêché, j’ai le désir de changer, on pourrait croire que mes faiblesses sont inutiles. Pourtant, ces faiblesses et ce pêché m’apprennent l’humilité et m’appellent à toujours plus crier vers Dieu pour ne pas compter sur mes propres forces mais me reposer dans son Esprit. Si j’étais quelqu’un de super, je n’aurais pas ce sentiment d’urgence de me laisser convertir. Je m’enorgueillirai de mes exploits, de mes belles actions… Et puis si je n’avais pas conscience de ces faiblesses, je me contenterais de la « plutôt bonne personne que je suis » et surtout, j’en oublierai totalement la vraie finalité de la vie chrétienne : se laisser sauver, se laisser aimer par le Dieu tout puissant. Oui on est appelé à changer et à se laisser perfectionner par Lui, pour autant, ces faiblesses et ce pêché sont utiles à la vie spirituelle car ils enseignent ce trésor inestimable qu’est l’humilité. Et c’est de cette humilité, car conscience que nous ne pouvons rien faire seul, que nait le désir de se tourner toujours plus vers Dieu. Et de le laisser agir.

*felix culpa : faute heureuse

C’est à Lui d’agir pour nous rendre parfaits et nous devons juste nous laisser sauver par Lui

Je ne suis pas appelée en premier à être quelqu’un de bien. Je suis appelée en priorité à laisser Dieu prendre tout le contrôle, à le laisser agir à travers moi. Et je me rappelle de cette réalité presque uniquement que quand je suis confrontée à ma faiblesse. C’est de la rencontrer de Dieu au cœur de la faiblesse, c’est de cette conviction que l’on est aimé surtout quand on est faible, qu’on va pouvoir se mouvoir petit à petit. D’ailleurs, Jésus disait lui-même que « Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Mc 2, 17) J’ai conscience maintenant que ces faiblesses, ce pêché, ne sont en rien un obstacle à la sainteté, sinon le tremplin même pour y accéder. Là est la clé pour Le laisser prendre le contrôle de ma vie. Là est la clé pour Lui laisser toujours plus de place en moi et ainsi me rapprocher de Lui. Il n’y a pas meilleure position que quand notre manque de force nous fait admettre que Dieu est notre seule espérance. Alors n’attends pas d’être dans un moment de désespoir pour le laisser être ta seule espérance et t’abandonner à Lui comme un petit enfant dans les bras de ses parents.

Je conclurai par cette citation de Ste Thérèse de Calcutta à qui on ne peut pas reprocher de ne pas avoir fait de son mieux pour se laisser transformer elle-même afin de participer à son niveau à rendre le monde meilleur en prenant soin des plus pauvres :

« Donne toi entièrement à Jésus et il t’utilisera comme un instrument pour réaliser ses merveilles avec la seule condition que tu sois infiniment plus conscient de son Amour que de tes faiblesses. […] Tu dois savoir que la sainteté n’est pas autre chose que ce même Jésus vivant intimement en toi. »

Sainte Thérèse de Calcutta
Musique d’illustration : En la debilidad – Jah Love

Crédit photo : 1/ Derek Thomson. Edited. 2/ Fernando Dearferdo. Edited.

Le blog Bienheureuse Vulnérabilité est absent de tous les réseaux sociaux. Pour être tenu informé(e) des articles récents, abonnez-vous à la newsletter ici ou sur la colonne de droite. Juste 1 mail par mois, pas de spam, ni de transmission de votre adresse à un tiers, promis ! 🙂

Articles récents :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.