Quelle réponse à la violence du monde ?

Quelle grande question… Cet article n’a pas prétention à expliquer le mal, encore moins de le justifier, mais d’apporter au débat quelques éléments de réflexion. Car oui le mal existe, c’est un fait. Maintenant, que fait-on ?

Ne pas ajouter de la haine à la haine

Je crois qu’un exemple concret et parfaite de réponse à la haine est le magnifique texte du journaliste Antoine Leiris « Vous n’aurez pas ma haine », au lendemain de la perte de sa femme le 13 Novembre 2016 au Bataclan.

Oui la clé est dans ce « Vous n’aurez pas ma haine ». Ne pas rajouter de la haine à la haine. Pour moi, il n’y a qu’un élan d’amour qui soit possible devant l’incompréhension. Il n’y a qu’un élan de vie devant la stérilité du mal qui puisse changer les choses. Ça n’est pas une option, c’est une nécessité, une urgence ! Que nous soyons témoin de cette violence, ou victime.

Car oui, nous sommes tous témoins de drames atroces dans notre voisinage, dans notre pays ou à l’autre bout du monde : vols, meurtres, enlèvements, agressions… et combien de fois nous sommes les premiers à juger, à insulter les coupables, à condamner ce monde… nous croyant totalement étrangers à ces actes ?

Mais merci Seigneur, tout le monde n’est pas confronté à la perte d’un proche dans des circonstances tragiques, mais nous sommes tous confrontés à la violence, au mal, au quotidien. Une critique reçue, une altération désagréable avec un inconnu dans la rue, une injustice vécue…

Que nous soyons victime ou témoin de cette haine, prenons la responsabilité de refuser d’en ajouter. Et soyons radicales dans ce combat en voyant la haine même dans la plus petite critique d’autrui, la plus petite médisance. Tout ce qui contribue à nous diviser doit être considéré comme de la haine. Ne nous cachons pas derrière « Je ne tue personne donc je ne fais pas de mal et ne suis absolument pas responsable du mal dans le monde ». Mais ne nous arrêtons pas au simple fait (déjà très louable !) de ne pas ajouter de la haine à la haine. Faisons un pas de plus.

Ne jamais rater une opportunité de répandre l’Amour à notre mesure

Je crois que nous avons tous en nous la racine de ce mal, la racine de cette violence, aussi extrême et lointaine peut-elle paraitre chez les autres. C’est ce que j’appelle cette « humanité commune ». Oui, le mal et la violence se cachent en chacun de nous et dans les plus petites choses du quotidien : quand nous nous plaignons, quand nous ne cherchons pas à faire attention à la manière dont nous parlons à nos proches, quand nous critiquons… Ça n’est pas pour rien que Mère Teresa répondait à ceux qui lui demandaient comment avoir un impact dans le monde en faisant le bien : « Rentre chez toi et construis la paix au sein de ton foyer ». Au fond, tout part de là. Tout part de notre famille, de notre travail, du milieu dans lequel on évolue au quotidien.

Nicole Ferroni, illustre parfaitement cette idée dans sa vidéo « On a tous en nous quelque chose de Donald Trump » où elle utilise le jeu de l’Othello pour nous montrer comment nous sommes capable de changer le monde. Petit extrait :

« Un simple pion, selon qu’il rayonne de noir ou de blanc, peut faire basculer le sort du jeu complet. On est nous aussi des êtres constitués d’une partie de lumière et d’une partie d’obscurité et si on décide chacun de rayonner dans le blanc plutôt que dans le noir, on peut par ricochet faire basculer le sort de l’humanité. Donc il faut rayonner, rayonner, rayonner, rayonner du bon côté !»

L’idée derrière ça, c’est tout simplement d’agir sur ce dont on est capable d’agir : ce qu’il y a dans notre cœur. Je ne veux pas minimiser les événements dramatiques (que nous vivons tous d’ailleurs à un moment ou à un autre de notre vie). Je veux simplement resituer le débat sur ce le champ d’action de chacun. Car aux dernières nouvelles, personne n’a jamais témoigné qu’il avait été inspiré par les colères régulières de quelqu’un devant « ce monde qui part à la dérive » mais qui ne faisait rien pour faire pencher la balance de l’autre côté.

Alors juste aujourd’hui, je souhaite à chacun de refuser toute forme de mal, aussi petite que peut paraitre une critique d’autrui, et de sourire à un(e) inconnu(e) en ayant la conviction que le monde a changé et ne sera plus jamais comme avant.

Musique d'illustration : Ceasefire- For King and Country

Crédit photo : Mcml. *Traduction : Plus d’amour s’il vous plait

Articles récents :

2 Comments

  1. a-lo

    18 mars 2019 at 11:02

    Un grand merci !
    Merci de rappeler que l’on peut tous être acteur à notre échelle =)
    Merci de rejeter la haine si petite qu’elle soit =)
    Merci de partager ce rayonnement sur ce blog =)

    1. Bienheureuse Vulnérabilité

      18 mars 2019 at 7:10

      Rooooo que ce commentaire est mignon!!
      Ça fait beaucoup de gratitude en un si petit message ! Bel exemple 🙂 merci à toi !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.