J’ai accepté mon hypersensibilité

C’est à 22 ans que j’ai vraiment découvert ce mot, et tout ce qu’il impliquait. Au début je le trouvais surfait. Je ne voulais pas me coller d’étiquette comme on en colle à certaines personnes pour expliquer leur comportement bizarre en les excusant intérieurement. Mais j’ai voulu en savoir plus. Alors j’ai lu, écouté, regardé. J’ai cherché à comprendre les autres pour, à travers eux, me comprendre moi-même. Aujourd’hui je vous partage ce bout de chemin.

L’hypersensibilité en (très) bref

Il y a de nombreux articles sur internet sur ce qu’est l’hypersensibilité. Pour une définition rapide et très concrète (mais bien peu scientifique), je vous renvoie au point 11 de la page « Qui suis-je ? » de ce blog. Mais pour avoir plus de détails sur comment elle s’exprime au quotidien, je vous conseille l’article de Rozie « Mon hypersensibilité au quotidien » (qui est d’ailleurs un des articles fondateurs sur mon chemin). L’objet de cet article n’est donc pas de définir ce qu’est l’hypersensibilité mais je voulais tout de même rappeler deux trois notions.

C’est la Docteur en psychologie Elaine Aron qui a travaillé sur ce sujet avec notamment son livre sorti en 1996 The Highly Sensitive Person. Il faut savoir qu’entre 15% et 20% de la population a ce trait de caractère, et que la majorité des hypersensibles (mais pas tous !) sont introvertis. Et en plus (oh surprise !), ça ne touche pas que des femmes. Il existe aussi des hommes hypersensibles. Je fais personnellement partie de la population qui est à la fois hypersensible et extravertie.

Il est impossible de considérer quelque chose touchant 1/5ème de la population comme une pathologie. L’hypersensibilité n’est donc pas une maladie. Et contrairement à ce que pensent certains, je n’ai pas à en guérir ! Avoir une grande sensibilité est simplement une différence. Un trait de caractère. Comme d’autres ont une grande patience, une importante capacité de résilience, une grosse force mentale…

Avant de découvrir ce trait de caractère…

Lorsque je ne savais pas encore que de nombreuses personnes vivaient les mêmes combats que moi, je souffrais d’avoir le sentiment d’être seule à ressentir tout ça. Ma vie alternait entre feux d’artifice et ouragans. Un feu d’artifice est très lumineux, magnifique et dans son rayonnement donne le sourire à ceux qui sont autour. Mais il est très rapide. Rapidement, n’a plus de recharge. Un ouragan a autant d’énergie qu’un feu d’artifice, mais il détruit tout sur son passage, et surtout lui-même.

Mais aussi…

  • On me reprochait souvent d’être susceptible dès que je réagissais (parce que je suis facilement atteinte par une phrase un peu tranchante). Et on me trouvait bizarre à être heureuse pour très peu.
  • J’avais du mal à gérer et à comprendre ce besoin d’être seule parfois malgré mon extraversion.
  • Je m’efforçais de cacher au maximum mes émotions désagréables, croyant qu’elles n’étaient pas justifiées donc forcément illégitimes.
  • Je croyais que tout le monde avait les qualités que j’avais, mais que j’étais la seule à pâtir des défauts.
  • Souvent je disais « J’en ai marre de moi» (avec les larmes et la colère contre moi-même qui va avec) à cause du trop plein d’émotions.

Crédit photo : Bart Larue. Edited.

Choisir d’être soi, de développer ses talents, et prendre sa place dans le monde

Maintenant j’ai atteint le point où si j’avais pu choisir mon caractère, j’aurais choisi exactement celui-là.

Le déclic s’est surtout fait en écoutant des témoignages d’autres personnes hypersensibles ou des psychologues parlant du sujet. (Notamment la chaine YouTube et le blog de Gaëlle Gévarec « Sereine hypersensibilité »). Réaliser que non seulement je n’étais pas seule avec ces émotions couleurs arc-en-ciel, mais qu’il était possible d’être heureux et paisible, même avec ce trait de caractère, fut un immense soulagement. En même temps que je comprenais mon fonctionnement grâce à ces mots qui étaient posés sur ma manière de fonctionner, je découvrais une autre manière de regarder ce trait de personnalité. C’était un regard positif, plein d’espérance, de promesses, d’encouragements. Tous ces témoignages m’ont permis de changer mon regard, de découvrir toutes les qualités et le potentiel qui était caché dans ce trait de caractère. Non, tout le monde n’a pas la capacité à être aussi heureuse que je peux l’expérimenter. Non, tout le monde n’a pas autant à cœur de créer des relations authentiques et sincères. Bref, la liste est longue, alors je vous ai également écrit un article « 19 preuves qu’être hypersensible être une richesse ».

A partir de ça, j’ai juste choisi. Choisi d’accepter ce que je ne peux pas changer. Choisi de voir le côté positif de ce trait de personnalité et de le recevoir comme un cadeau. Choisi de discerner comment je pourrais pleinement exploiter ce potentiel pour apporter quelque chose au monde. J’ai accepté que tout ce qui voulait jaillir de moi avait le droit d’exister, car tout sentiment, aussi désagréables que peuvent l’être certains, contient une précieuse information. Alors non, laisser jaillir ne veut pas dire laisser exploser sa colère devant les autres. C’est juste ne pas nier son existence, et prendre un peu de temps seul avec soi-même pour cueillir son message.

Je crois maintenant que les hypersensibles sont un trésor pour ce monde car ils participent à créer des lieux de vie bienveillants. Pour autant je ne crois pas qu’ils soient mieux que les autres, ni ne souhaite que tout le monde soit comme moi. Parce que si tout le monde était hypersensible, il n’y aurait pas de pompiers, de policiers, de médecins… En réalisant ma spécificité, j’ai un peu plus apprécié à quel point le monde était si bien fait, à quel point chaque humain a sa place, car nous nous complétons tous.

Mon hypersensibilité définit beaucoup qui je suis, car il n’y a pas un jour où je n’ai pas affaire à elle. Pour autant, je ne suis pas réduite à elle. Je suis bien plus que ça. J’ai d’autres traits de caractère, une histoire, des goûts et bien d’autres manières de me définir. Bref, je suis juste… moi :).

Ça me rend profondément triste quand je vois des personnes qui ont ce magnifique trait de caractère et qui ne l’acceptent pas car elles ne réalisent pas tout le potentiel qu’il a. Alors si vous faites partie de ces personnes là, j’espère vous avoir donné un peu d’espérance que le chemin d’acceptation est possible et rempli de bonheurs ! Et n’hésitez pas à vous manifester en commentaire, je vous répondrai avec plaisir :).

Musique d'illustration : Monts et merveilles - Fabienne Marsaudon

Crédit photo : Ben O’Bro. Edited.

9 Comments

  1. poe

    7 juin 2019 at 11:02

    merci mais j’ai bc de questions, j’essaye d’accepter mon hypersensibilité, mais comment?

    1. Bienheureuse Vulnérabilité

      10 juin 2019 at 9:58

      Bonjour Poe,

      Pour commencer, il faut savoir que c’est un travail de chaque instant et pour toute la vie. Il n’y a pas un jour où l’on se réveille et c’est reglé de manière définitive. Il s’agit surtout de rechoisir qui l’on est, à chaque moment de déprime, chaque angoisse ou chaque douleur. Mais il est vrai qu’à force de travail de compréhension de soi, y a un moment où, la majorité du temps, on est heureux de vivre avec soi.
      Je te conseille de jeter un coup d’oeil aux articles « 19 preuves qu’être hypersensible est une richesse » ou « Désobéir à la tyrannie des émotions »

      Mais si je pouvais rapidement te donner quelques pistes pour entrer sur ce chemin d’acceptation, je dirais:

      1. Décide de t’aimer, qu’importe ce que ça implique. C’est ton caractère, c’est ce que tu es. C’est juste un principe de réalité. Tu n’as beau peut-être pas être convaincu encore que c’est une richesse, mais décider de vouloir grandir en amour de toi tel que tu es est déjà un pas.

      2. Se concentrer sur les points positifs de ton caractère ne fait pas magiquement disparaitre les côtés moins agréables, mais on arrive mieux à les accueillir quand on est convaincu que de manière globale c’est un cadeau plus qu’un fardeau. Fais ce qui te rend heureux. Agis comme te souffle ton désir profond. Et cette joie immense que tu ressentiras, et que peu de personnes peut expérimenter t’aidera à accepter cette hypersensibilité parce que tu profiteras pleinement de ses bons côtés.

      3. Cherche à te connaitre, à te comprendre. Observe-toi. Par exemple, quand l’émotion envahi : pourquoi je réagis comme ça ? Qu’est-ce que cette situation me rappelle ? A quoi fait écho tel geste/parole de l’autre ? Car il est plus facile d’aimer ce que l’on comprend.

      4. Quand l’on peut… chercher à guérir ses blessures. L’hypersensibilité n’est pas une maladie et n’a pas à être guérie mais les blessures que l’on traine et qui s’infectent par nos choix peuvent être guéries. Ça peut paraitre sans rapport direct mais mathématiquement, s’il y a moins de choses douloureuses en nous, nos émotions désagréables ne s’activeront pas autant.

      Il y aurait encore tant de choses à dire, mais après, chaque histoire et personnalité sont uniques !

      J’espère que ces quelques pistes te donneront l’espérance suffisante pour activer tes ressources pour grandir en amour de toi ! Si tu souhaites échanger de manière plus personnelle, n’hésite pas à m’envoyer un message via le formulaire de contact et je te répondrai du mieux que je peux avec plaisir.

      Belle journée !

  2. Ribambelle

    19 mai 2018 at 11:49

    « Bref, je suis juste… moi :). » Il n’y a pas que toi qui te reçois comme un cadeau : nous aussi. Tu es une belle personne Yanaëlle. Bonne route à toi..? et longue vie à ce blog !

    1. Ribambelle

      19 mai 2018 at 11:57

      Et mention spéciale pour l’illustration musicale !!!
      PS : « Bonne route à toi », c’était avec un point d’exclamation, bien sûr !

      1. Bienheureuse Vulnérabilité

        24 mai 2018 at 5:16

        Merciii 😍😍😍

  3. Ch'tite Breizh

    18 mai 2018 at 9:23

    Comme je me retrouve dans ton article! Je ne me suis pas découvert une hypersensibilité sur le tard mais une introversion! Et comme toi, cela concerne une minorité de la population! Comme toi, j’ai appris à aimer ce trait de caractère et à en tirer des forces!!

    1. Bienheureuse Vulnérabilité

      24 mai 2018 at 5:15

      Je te rejoins totalement. Tout ce qui parait minoritaire dans la société demande plus de courage pour être accepté mais ça vaut le coup 🙂

  4. Grâce-No

    17 mai 2018 at 4:18

    Ce sont les injonctions du monde qui sont la cause du refus de son hypersensibilité. Personnellement j’assume complètement. Je suis du genre à pleurer pour tout et rien, et paradoxalement, je peux être l’opposé de ça. Des montagnes russes émotionnelles si tu vois ce que je veux dire 🙂

    1. Bienheureuse Vulnérabilité

      24 mai 2018 at 5:14

      Tu as entièrement raison !! Merci pour ce témoignage 🙂

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.