Comment contrer le piège de la comparaison ?

La comparaison… Qui ne s’est jamais comparé(e) une seule fois dans sa vie, pour ne pas dire 1000 ? Je t’avais déjà partagé ce mantra simple « Comparaison = Poison », mais pourtant, nous tombons si souvent dans ce piège parce que le mensonge est parfaitement réussi. On a l’impression qu’on est complétement clairvoyant sur les attitudes des autres. Or, Paul Dewandre disait « On compare la vie extérieure des autres avec sa vie intérieure à soi ». Et je crois que là est toute la clé. On croit que parce qu’on voit l’attitude, on voit aussi l’intention de l’autre, alors que il n’y a rien de plus secret que ce qui habite le cœur, ce qui meut quelqu’un. On peut même franchement mal interpréter une attitude ! Comme dirait ma grand-mère à son mari (après 67 ans de mariage) quand elle lui répète pour la Xième fois de faire ci, de faire ça, de prendre son médicament ou autre, « Quand je te dis ça, je te dis ‘je t’aime’ ! » alors que mon grand-père la trouve franchement gonflante parfois.

Alors je sais que « Big Brother is watching you », qu’il semble que l’intimité n’existe plus dans ce monde, qu’il semblerait que nous sommes tout-puissant et que nous pourrions ne plus avoir aucune limite. Pourtant, comme dirait mon oncle « Je ne suis pas Dieu et la place est déjà prise. » Et même sans croire en Dieu, aurions-nous assez d’audace pour affirmer que nous sommes capables pour connaitre les intentions des autres ? Car oui, tout est une question d’intention. Intention de bien faire, intention d’aimer. Et alors que nous connaissons nos intentions, qui parfois sont si lâches, si peu tournées vers le Bien Commun, si incapable d’aimer, nous comparons celles-ci avec l’attitudes des autres, comme si elles révélaient parfaitement le fond de leur cœur.

Comme disait Saint Paul (1 Co 13, 1-3), nous pourrions parler toutes les langues du monde, connaitre toutes les sciences et les mystères de l’univers, avoir une parfaite conscience transcendantale, faire les plus belles actions de générosité possibles,… « s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. »

De manière plus concrète, la même action toute simple peut avoir une intention complétement différente d’une personne à l’autre. Tu peux faire un don à une personne sans domicile fixe pour être bien vu par les autres, d’avoir une bonne image de toi-même ou par total désintérêt et pur désir qu’elle puisse se rassasier avec le sandwich que tu lui as acheté. Tu peux travailler pour la gloire ou par désir de servir les autres. Tu peux rendre service à quelqu’un par désir de l’aider ou par manque d’amour envers toi-même qui se traduit par une incapacité à dire ‘non’ alors que tu avais d’autres projets à ce moment-là. Tu peux faire mal parce que tu es blessé, n’a pas été assez aimé et ne sais pas comment réagir autrement. Tu peux prendre une pause au travail par désir de perdre ton temps ou parce que tu sais que tu as besoin de reposer ton cerveau. Tu peux te montrer possessif avec quelqu’un ou jaloux parce que tu ne sais pas comment lui dire autrement que tu l’aimes. Bref, tu peux faire mal avec les meilleures intentions du monde et tu peux faire un acte apparemment bon, en étant totalement motivé par l’égoïsme ou la vanité.

Et parce qu’on ne connait pas les intentions des gens, on ne peut pas comparer leurs actions, la vie extérieure des autres, avec nos intentions, notre vie intérieure à nous. En plus de cela, je ne crois pas qu’il soit possible d’agir toujours à 100% par générosité, désintérêt,… donc l’idée est de laisser ses intentions être purifiées, de tendre vers, plutôt que d’attendre que nos intentions correspondent parfaitement à ce que l’on aimerait pour pouvoir agir et chercher à aimer. Et ça fonctionne aussi pour l’amour de soi. Si tu as besoin de faire quelque chose pour prendre soin de toi mais que tu as peur de l’image que ça peut renvoyer, fais confiance en ton intention. Tu as entièrement le droit et c’est totalement justifié, qu’importe l’image que cela peut renvoyer.

Musique d'illustration : Donne moi - Les Frangines

Crédit photo : Rawpixel. Edited

Le blog Bienheureuse Vulnérabilité est absent de tous les réseaux sociaux. Pour être tenu informé(e) des articles récents, abonnez-vous à la newsletter ici ou sur la colonne de droite. Juste 1 mail par mois, pas de spam, ni de transmission de votre adresse à un tiers, promis ! 🙂

Articles récents :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.